Maurice LEROY, Laurent LAFON et Yves POZZO di BORGO critiquent les conclusions du rapport Auzannet

Maurice LEROY, député UDI, ancien ministre de la Ville en charge du Grand Paris, Laurent LAFON, maire de Vincennes, président du groupe UDI à la région Ile-de-France et Yves POZZO di BORGO, vice-président de la Commission sénatoriale sur le Grand Paris, président du groupe UDI au Conseil de Paris  s’étonnent des conclusions du rapport Auzannet confié à un expert, qui semble ignorer l’accord politique du 26 janvier 2011 entre l’Etat et la Région pour lancer le projet de Grand Paris Express. « Nous tenons à rappeler que le nouveau chiffrage du coût du Grand Paris Express est la conséquence d’une part du retard pris dans ce dossier et du choix annoncé en juillet 2012 par Cécile DUFLOT de l’interopérabilité avec RFF, la SNCF et la RATP qui n’avait pas été retenu en 2011. », précisent les élus.

« Le rapport Auzannet ne présente aucune vision générale, aucune analyse d’ensemble de l’inscription de ce projet dans un territoire en mutation. Il n’y a rien sur l’apport économique, social et environnemental du projet, rien sur le lien entre emplois et offre de transports, rien sur l’importance économique du projet pour la France et l’Europe toute entière. Il n’y a rien enfin sur la compétition internationale avec des villes comme Londres ou Shanghai où existence ce type de projet. », poursuivent-ils.

« Le Grand Paris ne doit pas être réduit à une vision comptable comme le fait le rapport Auzanet qui passe par pertes et profits le débat public et les attentes des franciliens en matière de transports et de mobilité. Le Grand Paris Express tel qu’il résulte de l’Accord historique du 26 janvier 2011 entre l’Etat et la Région ce sont autant d’économies, de la consommation d’énergie et de la pollution en moins, qui ne sont pas du tout évalué par ce rapport ! Il est pourtant majeur de relier aussi tous les pôles d’excellence industriels comme universitaires. Organiser la mobilité entre les hommes et les territoires, c’est donner les meilleures chances à l’ambition économique, ce qui n’est pas davantage pris en compte dans le rapport Auzannet. C’est notamment l’enjeu du développement des clusters Paris-Saclay et Paris-La Défense. », font-ils encore remarquer.

« La remise en cause du Grand Paris Express aurait des conséquences directes en terme de créations d’emplois, de croissance économique et de désenclavement de l’est parisien. Par ailleurs, le séquençage du projet n’est pas acceptable en l’état, car nous prenons dès lors le risque de voir une partie des travaux ne pas se réaliser. Or c’est toute l’opération qu’il est indispensable de mener à bien. », concluent-ils.

Publicités

A propos Pierre-Nicolas BUREL

Délégué Nouveau Centre / #UDI à #Asnières sur Seine. Candidat démocrate en 2008 au conseil général des Hauts-de-Seine sur le canton sud d'Asnières : 17,15%.
Cet article, publié dans Le Grand Paris, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Maurice LEROY, Laurent LAFON et Yves POZZO di BORGO critiquent les conclusions du rapport Auzannet

  1. piernic dit :

    (source AFP)

    Des élus UDI d’Ile-de-France en ont appelé aujourd’hui à Gilles Carrez, président UMP de la commission des Finances de l’Assemblée nationale, pour qu’il réactualise son rapport de 2009 sur le financement du Grand Paris, après l’annonce d’un surcoût d’environ 10 milliards. Le rapport Auzannet remis la semaine dernière a officialisé plusieurs mauvaises nouvelles: un surcoût faramineux qui porte le projet de supermétro automatique à près de 30 milliards d’euros et un séquencement des travaux qui inquiète les élus, surtout ceux dont les territoires seraient servis en dernier, dans un calendrier repoussé au-delà de 2025.

    Devant le « flottement de l’Etat quant à la dotation budgétaire allouée au projet », qui devra atteindre 4 mds EUR mais dont pas un centime n’a été inscrit dans la loi de programmation pluriannuelle 2013-15, les six élus franciliens demandent à Gille Carrez de « réactualiser son rapport sur le financement du réseau d’infrastructures du Grand Paris », qu’il avait remis en septembre 2009 à Matignon. « Le rapport Auzannet ne propose aucune piste de réflexion sur le financement autre que celle du séquençage qui n’est évidemment pas acceptable en l’état », s’inquiète Laurent Lafon, maire de Vincennes et président du groupe UDI au conseil régional d’Ile-de-France.

Les commentaires sont fermés.