L’intercommunalité par les nuls *

A Asnières, Bois-Colombes, Colombes et Gennevilliers, le  projet d’intercommunalité va bon train… Avancé dans l’ombre depuis les élections municipales de mars 2008 qui ont vu la défaite des maires UMP de Colombes et d’Asnières battus par les candidats PS, Philippe Sarre et Sébastien Pietrasanta, le dessein d’une grande intercommunalité rassemblant des villes de gauches autour de la boucle de la Seine éclaire les négociations en cours. A l’heure ou les quatre villes proposent (enfin ?) aux citoyens de prendre la paroleà quelle intercommunalité sommes-nous donc promis ?

La volonté affichée par les partis politiques de créer une communauté d’agglomération durablement ancrée à gauche dans le nord des Hauts-de-Seine, appuyée par les déclarations des maires de Colombes, d’Asnières et par celle du porte-parole EELV 92,  permet de dessiner le projet politique initial. Aux quatre villes avant-coureuses, on ajoutera pour compléter la carte, les villes de la rive droite : Clichy, Saint-Ouen, Argenteuil et Bezons. Suivant les déclarations, le périmètre à l’intérieur de la boucle aurait pu s’élargir à Nanterre (PC) ou exclure Bois-Colombes (UMP) !

La réalisation de cette ambition a connu un premier élan avec la mission d’assistance confiée à MAZARS dans le cadre d’un projet intercommunal à six : Asnières, Bois-Colombes, Colombes, Gennevilliers, Clichy et Saint-Ouen. Cette mission n’a rendu aucune étude préalable sur la pertinence du périmètre ainsi établi ! Et pour cause, le rapprochement projeté ne correspondait ni à l’unité urbaine, ni à un gisement économique avéré, ni à un quelconque projet de développement.

Depuis, le Schéma Départemental de Coopération Intercommunal (SDCI) établi par le préfet a retenu un territoire incomplet mais plus proche de l’évidence qui réunit Asnières, Bois-Colombes, Colombes, Gennevilliers et Villeneuve-La Garenne. Malheureusement La Garenne-Colombes et Courbevoie en sont exclues. Le projet de SDCI rappelle par ailleurs que Paris et la petite couronne sont par dérogation écartées de l’obligation de couverture intégrale du territoire par des EPCI (ici Communautés d’Agglomérations).

Nos villes avant-coureuses veulent boucler une communauté d’agglomération avant juin 2013, avec ou sans Villeneuve-La Garenne. Pourquoi et comment ? Il s’agit pour leurs maires de mener à bien leur entreprise politique avant les prochaines élections municipales, d’éviter que l’intercommunalité ne s’invite dans leurs campagnes électorales, d’escamoter la discussion. A dix-huit mois de l’échéance, le vrai-faux débat engagé avec les citoyens ne porte que sur les compétences qui sont obligatoirement transférées à une Communauté d’Agglomération.

Pas un mot sur le choix des autres compétences qui seront transférées, pas un mot sur le financement et la fiscalité intercommunale. Aucun projet d’intérêt intercommunal ne sera débattu (Schéma de COhérence Territoriale, Plan Local de Déplacement, Contrat de Développement Territorial…) Il est vrai que lors du débat sur le réseau de transport du Grand Paris, Philippe Sarre s’était opposé aux maires des trois autres villes sur le tracé du super métro (sic) ! Nos avant-coureuses ne sont hélas pas des têtes chercheuses ; ce sont des gribouilles.

Niveau zéro de la concertation et pauvreté absolue du projet, la mise en place d’une coopération intercommunale permanente mérite mieux que cela.

*Philippe Sarre, maires de Colombes et Sébastien Pietrasanta, maire d’Asnières.

Addendum : A la suite de la parution de cet article, les maires des villes d’Asnières, Bois-Colombes, Colombes, Gennevilliers et Villeneuve-La Garenne ont mis en place à partir de février 2012 un partenariat pour établir un projet de CDT qui a été validé par le préfet de région le 4 juin 2013 et signé le 10 février 2014. Les documents de référence peuvent être téléchargés à partir du menu \ Intercommunalité \ Contrat de dévt territorial…
Publicités

A propos Pierre-Nicolas BUREL

Délégué Nouveau Centre / #UDI à #Asnières sur Seine. Candidat démocrate en 2008 au conseil général des Hauts-de-Seine sur le canton sud d'Asnières : 17,15%.
Cet article, publié dans Intercommunalité, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.