Boucle des Hauts-de-Seine : quel territoire ?

Dans notre département des Hauts-de-Seine, on peut distinguer intuitivement quatre territoires aux frontières utopiques : la boucle, le centre, le val de Seine et le sud.

Mais c’est à un défi que nous sommes conviés, si nous voulons construire des structures intercommunales viables c’est-à-dire vivantes et durables, dans l’intérêt de leurs habitants.

Les villes du Sud et du Val de Seine se sont déjà organisées en intercommunalités en s’inscrivant dans ce large dessein.

La communauté des villes établies dans le méandre de la Seine au nord du département est un continuum urbain, limité par la Seine à l’Ouest, au Nord et à l’Est. L’urbanisation du territoire est récente. Née autour des gares avec l’avènement des lignes de chemin de fer, l’urbanisation a été confortée par l’essor industriel transformant les villages en villes, puis complétée par l’édification des grands ensembles au nord et à l’ouest.

Bécon-les-Bruyères est une forme d’intercommunalité naturelle entre Courbevoie (le quartier de Bécon), Asnières-sur-Seine et Bois Colombes (le quartier des Bruyères). Autour de la gare, comme un cœur de ville, le « vivre ensemble » existe.

Bois-Colombes et La Garenne-Colombes se sont émancipées tardivement de Colombes dont elles formaient auparavant des quartiers, respectivement jusqu’en 1896 et 1910.

Les grands ensembles à Colombes (Les Fossés Jean), à Asnières-sur-Seine (Les Quartiers Nord) et à Gennevilliers (Le Luth) forment une zone urbaine très dense rassemblant environ 40 000 personnes. Les actions pour améliorer la vie quotidienne des habitants doivent être concertées et le « vivre ensemble » peut être développé.

Les « rentes de La Défense » , vues comme une ressource partagée, sont un intérêt commun des villes qui sont dans le périmètre de l’EPADESA (établissement public né du regroupement de l’EPAD et de l’EPASA) qui rassemble le quartier d’affaire de la Seine… à la Seine, en traversant le département.

La carte de densité de population ci-jointe illustre le fait que le territoire de l’EPADESA isole deux bassins de population distincts. Pour les habitants, d’une part au nord, d’autre part au sud du quartier d’affaire, celui-ci se présente comme un « limes ».

L’EPADESA, établissement public placé sous la tutelle du ministre en charge de l’urbanisme, ne se confond pas avec une communauté d’agglomération. La Défense « élargie » a vocation de devenir une cité financière d’envergure mondiale dans le cadre du Grand Paris, peut-être pas l’alpha et l’oméga d’une intercommunalité « de ressource ».

Les quelques éléments de cet article permettent de mettre en évidence un périmètre de communauté d’agglomération inédit, naturel et proche des habitants, qui rassemblerait Villeneuve-La Garenne, Gennevilliers, Colombes, Bois-Colombes, La Garenne-Colombes, Courbevoie et Asnières-sur-Seine.

Au centre du département, une autre intercommunalité regroupant Nanterre, Puteaux, Suresnes, Rueil-Malmaison, pourrait s’associer à Saint-Cloud, Garches et Vaucresson.

Publicités

A propos Pierre-Nicolas BUREL

Délégué Nouveau Centre / #UDI à #Asnières sur Seine. Candidat démocrate en 2008 au conseil général des Hauts-de-Seine sur le canton sud d'Asnières : 17,15%.
Cet article, publié dans Intercommunalité, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.