Osons l’Europe

Lundi 4 octobre se déroulait devant une salle comble, la première convention du projet centriste sur le thème : « Osons l’Europe ! » autour de Jean-Marie CAVADA et de Philippe VIGIER, chargés de l’élaboration du projet.

Cette Convention s’est déroulée en deux temps.

Tout d’abord un débat intitulé « Des pères fondateurs aux fils refondateurs », autour d’un panel d’experts et de journalistes européens composé de Jacques Beltran, président de ProEuropa, Laura Dagg, rédactrice en chef de touteleurope.eu, Elvire Fabry, chercheur associée à Notre Europe, Alexandre Heully, directeur de cafebabel.fr et Thomas Houdaille, secrétaire général d’EuropaNova.

A travers leurs interventions, ces  » trentenaires  » ont parfaitement symbolisé cette nouvelle génération d’Européens, dépositaires de l’héritage des Pères fondateurs.
C’est désormais aux  » fils et filles refondateurs  » de reprendre en main le destin de cette Europe qui est aussi notre propre destin.

Après la conclusion de Damien Abad, Jean-Louis Bourlanges, Président de l’Institut du Centre et ancien député européen, est intervenu pour délivrer sa vision de la construction européenne et de ses enjeux actuels et futurs.

Le second débat de la Convention a porté sur le thème de : « L’Europe politique, maintenant ou jamais ! »

L’éditorialiste Bernard Guetta a lancé le débat, auquel participaient Yves Pozzo di Borgo, Pierre Fauchon, Jean-Louis Bourlanges, Sophie Auconie et Brigitte Fouré.
Sans oublier une intervention en vidéo de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance.

Anne-Marie Idrac, Secrétaire d’Etat au Commerce extérieur, a conclu ce débat.
Puis François Sauvadet, au cours de son intervention, a souligné  » Nous voulons une Europe fédérale, une Europe politique et pas une Europe tiède, incapable de peser dans les grands défis mondiaux. »

Hervé Morin, Président du Nouveau Centre, a clos cette Convention par un discours au cours duquel il a déclaré :

« C’est volontairement que nous avons choisi d’organiser notre première Convention sur le thème de l’Europe. Dans la lignée des grandes figures de la démocratie chrétienne qu’étaient les Pères fondateurs, les centristes ont toujours été à l’avant-garde du projet européen. Et notre responsabilité aujourd’hui, au Nouveau Centre, c’est de le rester. Car si nous ne portons plus le projet européen, qui d’autre le fera à notre place ? Nous avons cette responsabilité là dans le débat public français. Car si nous ne parlons pas d’Europe, personne ne le fera et les seuls qui le feront, c’est pour la combattre.

L’Europe est la plus belle aventure politique qui soit au monde et c’est le modèle qui doit inspirer le monde. »

Parmi les pistes évoquées par Hervé Morin dans son discours de clôture figurent :

  • La présentation de listes transnationales pour les prochaines élections européennes avec des  » figures européennes « , afin de renforcer l’adhésion de l’ensemble des européens au projet politique commun.
  • La création d’un impôt européen à niveau constant de pression fiscale pour les contribuables, pour donner au rêve européen les moyens budgétaires de ses ambitions.
  • Dans le même esprit, il a été proposé de créer un  » trésor européen « , indépendant de la Banque Centrale, permettant à l’Union de se doter d’une capacité d’emprunt pour financer les grands investissements d’avenir.
  • Dans la perspective d’un fédéralisme budgétaire européen, la zone euro devrait être représentée par un siège unique au sein du FMI et de la Banque Mondiale. En parallèle, un pacte de convergence fiscale devrait être mis en place entre les pays volontaires.
  • La mise en place d’un Schengen de l’énergie entre les Etats qui le souhaitent autour de trois grands axes : la sécurisation des approvisionnements, la diversification de la production et la solidarité entre les pays membres.
  • Le projet d’une  » Union énergétique  » entre l’Union européenne et la Russie, englobant notamment le nucléaire civil, pour gérer l’interdépendance et créer des solidarités de fait.

Enfin, Hervé Morin a appelé à la conclusion d’un nouveau traité porté par le couple franco-allemand visant à mutualiser les moyens des pays volontaires, notamment en matière de défense et de politique étrangère.

Publicités

A propos Pierre-Nicolas BUREL

Délégué Nouveau Centre / #UDI à #Asnières sur Seine. Candidat démocrate en 2008 au conseil général des Hauts-de-Seine sur le canton sud d'Asnières : 17,15%.
Cet article a été publié dans Europe. Ajoutez ce permalien à vos favoris.