Pour un développement solidaire

Répondre aux besoins d’une population grandissante

Selon une projection récente de l’Insee, la population progresserait dans les Hauts-de-Seine de 16% entre 2005 et 2030, cependant à Asnières les équipements publics sont d’ores et déjà insuffisants.

Il est urgent de combler le déficit d’accueil de la petite enfance : cofinancer avec les communes des crèches publiques et associatives, soutenir le développement des crèches d’entreprises, diversifier les modes de garde de la petite enfance en proposant des aides nouvelles aux familles qui ont recours à une nounou à domicile ou à une assistante maternelle.

La construction du cinquième collège d’Asnières à taille humaine (<600 élèves) et en Haute Performance Energétique doit être lancée sans délai. Mais aussi, pour donner d’autres atouts à nos collégiens, le conseil général doit renforcer les dispositifs d’études dirigées et mettre en place des programmes d’échanges linguistiques à l’échelle européenne.

Asnières fait face à une pénurie d’infrastructures sportives et culturelles. Il est essentiel de reconsidérer et subventionner les projets d’équipements sportifs et culturels dans une logique de concertation intercommunale afin de mieux répondre aux besoins de l’ensemble des habitants du département et d’optimiser les dépenses publiques (par exemple, restaurer la gare Lisch pour en faire un lieu culturel départemental qui accueillera des artistes résidents)

Aider, ce n’est pas assister !

Créer du lien social, dans un cadre départemental, c’est favoriser l’émergence d’une société globalement plus juste et plus humaine, où les différences sont respectées et les divergences aplanies.

Avec le vieillissement de la population, la lutte contre l’isolement des seniors est devenue une priorité : privilégier leur maintien à domicile en renforçant les aides à l’aménagement du logement et le soutien indispensable aux proches, développer les réseaux d’aides à domicile et la continuité de leur prise en charge et favoriser les échanges inter-générationnels (par exemple loger un étudiant contre un peu de présence et de menus services)

La mixité et la juste répartition du logement social sur l’ensemble du territoire sont indispensables pour corriger les phénomènes de « ghetto » : inciter les communes à attribuer une part de 25% de logements sociaux dans tous les programmes immobiliers et favoriser des opérations « d’acquisition amélioration » au sein du parc préexistant.

Il est capital de favoriser le retour à l’emploi pour les bénéficiaires du RMI : attribuer une «prime au nouveau départ» lorsqu’ils retrouvent un emploi ou qu’ils créent leur propre entreprise,  renforcer et contrôler les aides à l’insertion avec un accompagnement personnalisé, proposer une activité rémunérée au service de la société, dans une collectivité ou une association.

Publicités

A propos Pierre-Nicolas BUREL

Délégué Nouveau Centre / #UDI à #Asnières sur Seine. Candidat démocrate en 2008 au conseil général des Hauts-de-Seine sur le canton sud d'Asnières : 17,15%.
Cet article, publié dans Cantonale 2008, Solidarité, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.