Pour une reconstruction écologique

La circulation automobile à Asnières reste difficile.

L’essentiel du trafic se fait en bord de Seine autour de la ville. La traversée du pont d’Asnières est excessivement pénible aux heures de pointe. La grande rue Charles de Gaulle est également difficilement praticable car elle dessert à la fois Bois-Colombes et les communes du Nord. Pour une meilleure qualité de notre environnement, il faut maintenant investir dans de vrais projets !

Pour fluidifier le trafic sur le pont d’Asnières, l’aménagement du carrefour sur la RD 1 à l’entrée de Clichy est prioritaire. Il faut faciliter les échanges nord-sud au droit du pont d’Asnières avec la création d’un passage souterrain qu’emprunteront les 25000 voitures qui circulent chaque jour sur cet axe. En libérant le trafic vers Paris, cet aménagement contribuera également à réduire les pollutions sonores et atmosphériques et valorisera l’image de l’entrée d’Asnières.

Les grands axes de la ville sont encombrés et pollués !

Les routes départementales traversant Asnières, le boulevard Voltaire et l’avenue d’Argenteuil sont saturées et mal aménagées.  Il faut requalifier ces axes majeurs, réduire les nuisances sonores et les rejets polluants en les intégrant mieux au cadre de vie :  privilégier un stationnement de courte durée le jour et les livraisons aux heures creuses, réaménager les carrefours,  réduire la vitesse des véhicules,  réserver enfin les voies de bus … aux bus ,  améliorer les passages piétons sécurisés à proximité des écoles.

Ré-ouvrir la ville sur la Seine.

La voie rapide « rive gauche » isole toujours Asnières du parc Robinson et de la Seine.  Les actions qui permettront de ré-ouvrir Asnières « sur la Seine », pour améliorer notre qualité de vie et renforcer l’attractivité de notre ville, sont l’enfouissement de la RD 7 entre le parc du Château et le parc Robinson et l’aménagement de sa couverture avec des terrains de sports et de jeux ouverts à tous. Il sera nécessaire d’aider la ville à repenser complètement le parc Robinson.

Développer les transports en commun.

Alternative aux modes de transports routiers qui dominent dans les Hauts-de Seine, des transports publics plus écologiques doivent être développés. La ligne 13 va être prolongée mais elle est déjà saturée.  Pour les Asniérois, il est essentiel de relancer le projet de poursuite de la ligne 14 pour soulager le réseau existant. Il faut également lancer les études de faisabilité et d’impact d’une ligne de métro (ou de RER) entre La Défense et le Stade de France (RER B), favoriser et accélérer la réalisation de cette liaison par la région IDF et le STIF, l’intégrer dans les projets d’aménagements locaux.

Publicités

A propos Pierre-Nicolas BUREL

Délégué Nouveau Centre / #UDI à #Asnières sur Seine. Candidat démocrate en 2008 au conseil général des Hauts-de-Seine sur le canton sud d'Asnières : 17,15%.
Cet article, publié dans Cantonale 2008, Le Grand Paris, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.